Bienvenue sur Instants volés :)
N'hésitez pas à me laisser une trace de votre passage, je serais ravie de vous répondre !

lundi 15 juillet 2013

Les différents sentiments post-rupture


Une rupture, c'est jamais facile. On a souvent tendance à penser que c'est plus dur pour la personne qui se fait quitter, mais pas forcément. Pour ma part, c'est pas comme ça que je l'ai vécu. On était ensemble depuis un peu plus de trois ans et demi, mais ça n'allait plus. La distance, n'a fait qu'accélérer le processus, mais je sais que c'était plus profond que ça, je sais que ça venait de moi. J'ai pris trois mois à prendre ma décision. Trois mois, c'est beaucoup. Surtout si on rejette inconsciemment l'autre, surtout si on se remet sans cesse en question, à douter de soi, de ses sentiments, à se demander si quelque chose ne va pas chez soi. 

Quitter quelqu'un, il faut du courage. Faire mal à l'autre, c'est douloureux. Je ne pensais pas que ça pouvait être à ce point là. Voir l'autre souffrir, se rendre compte qu'on ne partagera plus rien ensemble, que l'on va se retrouver face à du vide, c'est douloureux. 

J'ai beaucoup souffert de ma rupture, même si c'est moi qui en ai pris la décision. Cela fait maintenant 8 mois que ça s'est passé, et je me sens un peu d'en parler. Un peu, mais pas trop. Je ne sais pas combien de temps cet article va rester en suspend, anyway... Pendant ces 8 mois, j'ai observés plusieurs sentiments post-rupture.
D'abord, t'es en colère. Genre, vraiment en colère. Tu le déteste. Tu déteste tout ce qui se raccroche à lui, de loin ou de près (sauf ses cadeaux, bah ouais faut pas pousser quand même).  Des photos de ses potes sur Facebook, des expressions qu'il avait l'habitude d'utiliser, TOUT. Une fois il est venu rendre visite à mes parents sans prévenir. J'étais tellement en colère que je suis partie par la salle de bain rejoindre une amie, je voulais pas le voir. Quand je suis rentrée, il était là, en train de prendre le goûter avec toute ma famille. Je me suis enfermée dans ma chambre. Réaction très mature je sais haha, je m'en veux beaucoup aujourd'hui et je me suis excusée il y a deux ou trois mois, je me suis rendu compte que ça a du beaucoup le blesser.


Ensuite... ensuite j'ai voulu voir si je plaisais. Je me sentais l'âme d'une conquérante haha, j'ai été bien bien déçue. Problème de taille, dirons nous. Il n'empêche que pour l'égo, lorsque l'on a eu un seul copain, c'est bon de savoir que l'on peut plaire. Bon point donc (mais mauvais souvenirs).


Mais en même temps, j'étais jalouse. Je ne voulais pas qu'il fasse comme moi, je voulais qu'il m'appartienne, qu'il connaisse que moi. C'est très égoïste, je ne sais toujours pas pourquoi j'ai ressenti ça, ni pourquoi je le ressens encore un peu. J'en ai parlé à mon meilleur ami, lui est exactement dans cette phase la et ressent la même chose, ça a coté un petit peu rassurant, vous ne trouvez pas ? :)


Après, l'indifférence. Le voir sur Facebook ne vous fait plus rien, croiser ou parler à ses amis non plus, entendre son prénom encore moins. Même pas un petit tilt, rien, nada. On se surprend même à penser que s'il se trouvait quelqu'un, vous seriez heureuse pour lui. Mais là encore, faut qu'on se trouve quelqu'un avant, parce que sinon c'est vexant ;)


Puis vient le manque. Oui oui, vous avez bien lu. LE MANQUE. Pas le manque d'amour, non. Le manque profond d'affection (par contre sur ce point je soupçonne mon arrêt de pilule d'y être pour beaucoup, ma libido était remontée en flèche) (non, c'est pas du tout gênant de parler de ça ici) (quand même un peu), de tendresse. Enfin pas vraiment de tendresse, mais plutôt de moments de tendresse.


Et enfin, cet instant qu'on attend avec impatience. Le moment où tu as le déclic. Le déclic où tu te dis, oui, on a eu une belle histoire, quand même. Les mauvais moments s'effacent presque, il ne reste plus que les bons. Et c'est agréable. Tu te sens sereine, en paix. Une rupture, c'est toujours douloureux. Mais ça fait grandir, on prend en maturité, en expérience.


Je ne sais pas si je suis prête à me remettre en couple, je pense que c'est encore trop tôt. J'espère avoir un jour ce déclic, pas trop tard, ce déclic où je saurais que j'ai tourné définitivement la page, où je pourrais trouver quelqu'un d'autre avec qui partager un bout de chemin.

Je vous embrasse bien fort ♥ 

Source images : We heart it
Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

  1. c'est tout le bonheur que je te souhaite, très joli texte.

    RépondreSupprimer
  2. Je me reconnais beaucoup dans ton article. Tu décris très bien ces différents états par lesquels on passe dans ce genre de situation.
    C'est vrai que c'est difficile à vivre. Je te comprends.

    C'est très bien écrit, je te souhaite plein de bonheur car tu m'as l'air d'être une personne très bien et intelligente.
    Je t'embrasse,

    Manon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à avoir ressenti ça, c'est rassurant...

      Je te souhaite la même chose, merci infiniment pour ton joli mot, qui met du baume au cœur.

      A très vite ma jolie <3

      Supprimer
  3. Eh bien ça fait du bien de lire de jolis mots, ça n'a pas dû être facile et pourtant c'est très courageux de savoir mettre des mots sur tout ça aujourd'hui & de le partager avec tes lecteurs. Puis j'imagine que tout ça, t'as rendu bien plus forte :)
    A bientôt (:
    A.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il fallait que ça sorte.. Merci pour ton gentil commentaire <3

      Je t'embrasse.

      Supprimer
  4. Oui, clairement je trouve ça difficile, alors ça me rassure de lire ton article.

    Je me reconnaîs pas mal dans ce que tu écris ; mon ex était mon premier copain aussi, et c'est moi qui l'ai quitté il y a un peu plus de 3 ans maintenant. Et même si j'ai rencontré mon copain actuel peu après je ne suis pas sûre que je n'ai pas encore un fond de culpabilité en moi, d'autant plus qu'il allait assez mal dans sa tête à ce moment là.

    Merci d'avoir écrit tout ça, je suis heureuse pour toi que tu aies retrouvé de la sérénité :-)
    Plein de courage à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente de savoir que ça peut servir. Courage à toi aussi, ça finira par passer, il ne faut pas que tu te sente coupable :)

      Supprimer